Et si on discutait juste un peu ? Le forum des gays.

Et si on parlait un peu de tout, de rien, de sexe, du beau temps, de politique, d’homosexualité, d’animaux, de films, de théâtrealarme, de vous de moi et de rien? Allez y la parole est libre …Lâchez vous…Et faisons vivre la forum des gays…

Une réponse à Et si on discutait juste un peu ? Le forum des gays.

  • Je lance la discussion sans trop savoir ce que je vais écrire. Bon disons que depuis que je me suis lancé à corps perdu dans le milieu de la pédale, j’ai rencontré toutes sortes d’homos. Cinquante ans, cela donne pas mal de monde à mon tableau de chasse, surtout si on compte les fois dans mon jeune temps où j’étais au tableau de chasses de mes ainés.
    J’ai commencé par des vieux messieurs qui cherchaient des “petits gars pas de poil” et si j’ai eu un beau papy en forme, la peau douce sans trop de gras et gentil comme tout, j’ai eu aussi des vieux cochons qui ne pensaient qu’à se soulager et qui ont abusé de moi.
    Puis il y a eu de jeunes adultes lorsque je suis monté à Paris qui eux-aussi ne pensaient qu’au sexe. Je me souviens du Sauna Orléans dans le quartier latin où je fus “travaillé” par trois jeunes de mon âge. Encore là des consommateurs de viande fraîche.
    Puis j’ai connu l’amour enfin. Un gars (il s’appelait Marcel) qui n’était pas très beau (je ne le suis pas non plus) mais qui me faisait bander plusieurs fois dans la même soirée. Et en plus il avait une tête sur les épaules. Nous sommes partis en affaire ensemble et ce fut quelques années de bonheur. Malheureusement, il est décédé relativement jeune d’un cancer du pancréas. Je me suis retrouvé seul.
    Après quelques années de déprime, je me suis mis à fréquenter les saunas. J’ai rencontré toutes sortes de monde là dedans. Beaucoup d’homos qui se sont mariés et qui venaient se soulager au sauna. Beaucoup de voyeurs et d’exhibitionnistes qui nous faisaient perdre notre temps parce qu’ils n’arrivaient pas à se brancher. Mais d’un autre côté, je me suis servi de ces gens là comme eux l’ont fait.
    Puis il y eu la fréquentation des milieux gays officiels. Beaucoup de snobs pour qui le fait de clamer haut et fort leur homosexualité était une façon d’être à la mode. J’ai vite débarqué de là.
    Aujourd’hui, j’ai pris de l’âge et je suis un peu comme une épave qui roule sur le bord du rivage. Vous la connaissez je suppose cette phrase : “La vieillesse est parfois un long naufrage.” En ce qui me concerne ce n’est pas tout à fait vrai mais … c’est quand même un peu le cas. Allez bon courage les boys.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *