Etre papy gay: mais comment faisait-on avant ?

Souvenons-nous de l’époque où Internet n’existait pas! Difficile de faire des rencontres, il fallait connaître les lieux homosexuels qui n’étaient pas des plus sexys: pissotières, parkings, foret…Bref, plein d’endroits où on attendait souvent des heures une rencontre. Maintenant, le net a tout changé et c’est tant mieux ! Finies les rencontres dans les voitures, les halls d’immeuble, on se connecte, on fait connaissance, on se plait et …C’est plus confortable et plus sur ! Mais racontez nous comment vous faisiez, vos belles rencontres ou vos plans foireux avant que le web devienne le lieu de rencontres !

8 réponses à Etre papy gay: mais comment faisait-on avant ?

  • Je ne savais pas à l’époque que l’on pouvait avoir une relation dans les pissotières. Moi, c’était à la piscine municipale. Il suffisait d’aller prendre une douche, enlever son maillot (un ado qui se douchait nu, c’était un signe qui ne trompait pas), prendre son temps sous la douche, se savonner lentement la craque des fesses ou la queue tout en regardant un vieux. Si il soutenait votre regard, c’était qu’il était intéressé. Là vous vous dirigiez vers un autre pommeau de douche qui était dans une encoignure, peu visible de l’entrée et c’est sûr que aviez le vieux qui vous suivait. Depuis ma jeunesse les douches ont été rénovées et l’architecte, un vieux jaloux sans doute, a éliminé le pommeau de douche. Heureusement que l’on a d’autres lieux de rencontres aujourd’hui.

  • Dans ma jeunesse, c’était pas facile de savoir qui était gay ou pas mais une de mes tantes m’avait dit que pour montrer à une fille que l’on était intéressé par elle, il fallait lui sourire et la fixer dans les yeux. J’ai suivi son conseil mais pas avec une fille ; j’ai suivi la recette avec un vieux monsieur voisin de chez nous. Et ça a marché aussi. Je me suis vite retrouvé à jouer à “p’tit galop, p’tit galop” tout nu sur ses genoux.

  • On peut toujours se rencontrer
    Dialogué

  • Dans les pissotières, pas de fantasmeurs à l’époque ! sexe en main, c’était du direct… pas de rendez-vous… pas de lapins !

  • Aujourd’hui, mon lieu de rencontre préféré est le sauna. Dans ma jeunesse, je me souviens que l’avenue de la gare à Rennes avait été ma première fois. Un retour du cinéma, des pas dans l’avenue sombre, un homme traverse, j’ai le cœur qui débat, il me demande du feu, puis il me demande si je veux prendre un café. On se retrouve chez lui et hop, dans le lit. J’étais paniqué mais ce fut mon baptême du feu.
    Après cela, je n’avais qu’à déambuler en ayant l’air de m’ennuyer devant les portes de la gare et cinq minutes après j’avais un rancart.

  • Personnellement, les rencontres “internet” me sont très rares !
    C’est toujours en forêts ou dans les saunas que je concrétise mes envies.

    D’ailleurs, je regrette la disparition des pissotières…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *